Stéphane Krasniewski, directeur Festival Les Suds Arles

26 mai 2020
Télécharger le podcast

8 jours et 8 nuits, 80 concerts et rencontres, des Moments Précieux aux Soirées du Théâtre Antique, des Apéro-Découvertes aux Salons de Musique, 40 Stages & Master Classes, de danse, de chant, de pratique instrumentale, d’art de vivre... 

Le programme de cette 25e édition était calé d’un festival qui, pour beaucoup, est devenu un rituel, un rendez-vous incontournable.

Un festival, c’est une rencontre avec une esthétique, des lieux remarquables, des artistes... mais c’est aussi le catalyseur de toute une filière, un acteur dynamique de l’économie de son territoire ainsi qu’un indispensable tisseur de liens

Durant le confinement, Les Suds ont multiplié les initiatives digitales, avec le lancement des SUDS, tout court, en proposant une évocation subjective des 24 premières éditions, en se réjouissant de constater que l’isolement n’a fait qu’accroître le besoin d’échanger et de créer.

Mais le spectacle vivant ne peut exister durablement sans ce rapport charnel entre la scène et la salle, relation qui permet de vibrer à l’unisson, de partager ses émotions et de contribuer ainsi au façonnage de ce monde d’après que l’on espère meilleur.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article